Page d accueil

Spécialiste des nouvelles & commentaires

"Jamais dans l’histoire quasi centenaire de PEN n’avons-nous vu autant d’écrivains en prison à la fois dans un même pays""17 juillet 2017...

"Jamais dans l’histoire quasi centenaire de PEN n’avons-nous vu autant d’écrivains en prison à la fois dans un même pays"
"17 juillet 2017 – Il y a un an, une tentative de coup d’Etat sanglante s’est traduite par la mort de plus de 200 personnes et des milliers de blessés. Bien que nous reconnaissons le droit des autorités turques de déférer à la justice les responsables de ces événements violents, la répression brutale et sans précédent qui a suivi a pratiquement réduit au silence les voix critiques.
Plus de 160 organes de presse et maisons d’édition ont été fermés depuis juillet 2016. Plus de 165 journalistes et professionnels des médias ont été arrêtés et sont actuellement en attente de procès. La Turquie détient le triste record du pays ayant incarcéré le plus grand nombre de journalistes dans le monde, dépassant la Chine et l’Erythrée réunies. Jamais dans l’histoire quasi centenaire de PEN n’avons-nous vu autant d’écrivains en prison à la fois dans un même pays. Plus de 145,000 fonctionnaires ont été limogés de manière arbitraire et plus de 47,000 personnes ont été placées en détention provisoire. La population kurde de Turquie a été affectée de manière disproportionnée, avec les arrestations de journalistes et parlementaires kurdes, la fermeture de médias pro-kurdes et le remplacement forcé d’élus locaux.
Il s’agit bien plus que de simples statistiques. Il s’agit de personnes dont la vie a été brisée pendant que les autorités turques abusent des dispositions de l’état d’urgence en vue de museler la dissidence.
Un an après la tentative de coup d’Etat, les Centres PEN et leurs membres à travers le monde exhortent les autorités turques à mettre immédiatement fin à ces vastes attaques, à lever l’état d’urgence et à respecter la liberté d’expression, pierre angulaire de toute société juste et libre.
« La Marche pour la Justice – du 15 juin au 9 juillet – fut un moment historique de lumière et de courage. Le monde a observé avec respect les milliers de personnes ayant parcouru 450 kilomètres entre Ankara et Istanbul afin de restaurer les libertés en Turquie. Nous espérons que les autorités et le pouvoir judiciaire turcs écouteront l’appel vaillant à la justice de leur peuple. » Jennifer Clement, Présidente internationale de PEN."

"Au terme de 12 jours de garde à vue, la justice turque a donc placé 6 défenseurs des droits humains, dont Idil Eser, directrice d’Amnesty...

"Au terme de 12 jours de garde à vue, la justice turque a donc placé 6 défenseurs des droits humains, dont Idil Eser, directrice d’Amnesty International en Turquie, en détention provisoire dans l’attente de leur procès. 4 d’entre eux ont été libérés de manière conditionnelle mais font encore l’objet d’une enquête. Tous sont inculpés sans fondement de « commission d’un crime au nom d’une organisation terroriste sans en être membre ».
Parmi ces accusations grotesques : des tentatives de lier Idil Eser, dans le cadre de son travail avec Amnesty International à trois organisations « terroristes » qui n’ont pas de lien et s’opposent entre elles. Les procureurs ont ainsi obtenu son placement en détention provisoire sur la base de deux campagnes menées par Amnesty International, mais dont Amnesty Turquie n’est pas l’initiatrice. L’une de ces campagnes a même été menée avant qu’elle ne rejoigne Amnesty.
Elles ont été inculpées sur la base d’une suspicion sans aucun fondement d’« aide à une organisation terroriste armée ». Elles rejoignent derrière les barreaux Taner Kiliç, le président d’Amnesty International Turquie."

Merci à L'aut'journal de publier ma réponse à la chronique de lundi qui m'accusait de «négationnisme»

Merci à L'aut'journal de publier ma réponse à la chronique de lundi qui m'accusait de «négationnisme». Également disponible dans la version papier du journal Métro d'aujourd'hui, jeudi 15 juin.
"Mais voilà que Monsieur Ben-Ameur affirme que je défendrais la thèse que «l’islamophobie n’existe pas» et que je ferais du «négationnisme de la discrimination, du racisme et de la haine». Il est évident que le chroniqueur emploie la tactique «de l’épouvantail», sophisme qui consiste à prêter à son adversaire des idées ou des propos qu’il n’a pas formulé, afin de pouvoir critiquer ces propos attribués faussement. Cette stratégie relève de la malhonnêteté, d’autant plus que l’accusation de «négationnisme» est chargée de sens et ne peut avoir été formulée sans en mesurer l’impact. "

Superbe texte de Mahmoud Mezhoud!"Les responsables politiques comptent-ils laisser, au nom des libertés individuelles, les islamistes nous dicter...

Superbe texte de Mahmoud Mezhoud!
"Les responsables politiques comptent-ils laisser, au nom des libertés individuelles, les islamistes nous dicter les règles de la vie bonne dans la bonne communauté musulmane ? Car effectivement, ce sont les islamistes qui mènent le jeu. Forts de leurs réseaux d’associations en tous genres, entourés de prêcheurs virulents et aguerris et d’une armée d’activistes qui écument les lieux d’activités sportives, les classes de cours d’arabe et d’éducation islamique pour encadrer les jeunes, etc., ils se sont mis, tous azimuts, à la promotion de la communauté musulmane dans les médias et auprès des pouvoirs publics et rêvent de se l’approprier et de s’en servir comme appui pour la réalisation de leurs projets."

On me fait l'honneur d'une chronique! C'est une première pour moiMais dans mon article je ne dis pas que l'islamophobie n'existe pas

On me fait l'honneur d'une chronique! C'est une première pour moi
Mais dans mon article je ne dis pas que l'islamophobie n'existe pas. Je dis que la haine des musulmans existe, mais que cette notion d'islamophobie n'aide pas, parce qu'elle promeut une haine plutôt qu'une autre, à laquelle il faudrait accorder une protection particulière, qu'elle est utilisée à des fins politiques et malveillantes, et qu'elle nourrit la victimisation qui n'est pas la solution pour que les musulmans se sortent de leur torpeur. Pour ce qui est du titre, il n'est pas de moi, c'est le choix du Devoir. Le mien était "La face cachée de l'islamophobie".

« Ironiquement, aujourd’hui, refuser les termes de “race” ou d’“islamophobie” expose à l’infamante accusation de racisme, visant à...

« Ironiquement, aujourd’hui, refuser les termes de “race” ou d’“islamophobie” expose à l’infamante accusation de racisme, visant à étouffer ainsi toute possibilité de débats, de critiques et de refus. Certains anarchistes en sont rendus à proscrire le slogan “Ni dieu ni maître” sous prétexte d’islamophobie et certains marxistes pensent que pour être antiraciste, il est urgent d’ajouter la race à la classe. »
«Analysant textes et prises de position, Nedjib Sidi Moussa s’étonne notamment que des militants anarchistes puissent reprendre tel quel un mot d’ordre comme celui de la « lutte contre l’islamophobie », alors qu’il sert d’étendard à des islamistes en France et, sur la scène internationale, à des Etats aussi puissants que réactionnaires. Dans un contexte où les organisations du mouvement ouvrier sont en perte de vitesse, il est inquiétant de constater que « des libertaires en viennent à tenir un langage qui s’accorde avec celui de l’Organisation de la ­coopération islamique », avance le chercheur.»
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/…/la-gauche-dechiree-par-le-racisme-a…

Texte collectif de Ferid Chikhi, Mohand Abdelli, Aziz Fares, Ali Kaidi, Leila Lesbet et plusieurs autres citoyens et citoyennes Québécois...

Texte collectif de Ferid Chikhi, Mohand Abdelli, Aziz Fares, Ali Kaidi, Leila Lesbet et plusieurs autres citoyens et citoyennes Québécois originaires d'Algérie:
"Terrible de confisquer la parole des résistants au FIS pour en faire des « pourfendeurs de la Charte ». Et si c'était précisément le processus inverse ? Laisser rentrer le loup dans la bergerie ? Jamais plus !"

Fini les petites études indépendantes du CSF, par exemple sur l'image des femmes véhiculée par le cours ÉCR!!"En outre, la stratégie met à mal...

Fini les petites études indépendantes du CSF, par exemple sur l'image des femmes véhiculée par le cours ÉCR!!
"En outre, la stratégie met à mal l’indépendance du Conseil du statut de la femme (CSF) en institutionnalisant la présence d’une représentante de la ministre en son sein. La ministre veut en savoir plus« sur l’état des réflexions et des projets de recherche du CSF », apprend-on. Nous ne savons pas quelle entourloupette juridique le gouvernement a utilisée, mais ce poste de mouchard ministériel n’est pas prévu à la loi constitutive de l’organisme. En acceptant servilement cet accroc, la nouvelle présidente du CSF, Louise Cordeau, prouve que le gouvernement est parvenu à mettre l’organisme à sa botte."
Et je partage le commentaire de Diane Guilbault:
"Merci, M. Dutrisac, pour cette analyse concrète de la Stratégie pour l’égalité entre les femmes et les hommes déposée par le gouvernement. Ce regard lucide permet de contrer la stratégie derrière la Stratégie, qui consiste à noyer le bon peuple par des pages et des pages de verbiage pour l’essentiel vague et confus mais à travers duquel se glissent quelques perles qui disent la vérité, comme cette consécration d’un poste de mouchard ministériel qui permet à la ministre de faire du « damage control» au cas où le CSF se rappellerait qu’il est un chien de garde et non pas un chien de compagnie.
Les gens qui prendront le temps de lire la Stratégie déposée par la ministre Thériault se demanderont sur quel bilan elle repose et à quoi la stratégie précédente a servi. Mais ils constateront surtout que dans les faits, les bottines ont précédé les babines et que malgré ses belles paroles sur le droit à l’égalité des femmes, le gouvernement n’a eu aucun scrupule à ne pas respecter ses engagements précédents : augmentation des tarifs des services de garde, coupures aux organisations de femmes, coupures dans les services de santé (ce qui affecte les femmes en tant que patientes, travailleuses et proches aidantes), aucune analyse différenciée selon les sexes dans les dossiers où cela serait essentiel, etc.
Bref, ce gouvernement nous sert des bruits de bouche quand il s’agit d’égalité hommes-femmes."

Je partage l'avis de Nassira Belloula, et de nos compatriotes qui s'expriment sur sa page, à propos de la prière collective avec haut-parleurs au...

Je partage l'avis de Nassira Belloula, et de nos compatriotes qui s'expriment sur sa page, à propos de la prière collective avec haut-parleurs au parc Safari.
Par contre, certains autres "farouches défenseurs de la laïcité au Québec" à qui on tend toujours le micro, n'y voient aucun problème. «Il est évident que ce non-événement, ça n'a rien à voir avec la laïcité parce que le Parc Safari n'est pas une institution de l'État» qu'il dit. Rien à voir avec la laïcité peut-être, mais tout à voir avec le manque de savoir vivre, le mépris des autres et la provocation.
http://www.lapresse.ca/…/01-5113178-une-controverse-religie…
Mais apparemment l'association musulmane qui a organisé cette "fête" est la MAC (Muslim Association of Canada), qui est l’antenne la plus officielle des Frères musulmans au Canada. Alors il faut y voir, au delà du manque de savoir vivre, une intention délibérée d'occupation de l'espace public, de marquage de territoire et de prosélytisme.
«Ils s’affichent comme une association qui prône la théorie des Frères musulmans. Ils l’écrivent très clairement sur leur site internet», souligne Mounia Ait Kabboura Ait Kabboura, spécialiste du radicalisme islamique.
http://www.journaldemontreal.com/…/un-camp-islamique-financ…

Je doute de l'impartialité de cette étude dirigée par Solange Lefebvre, une des protagonistes du cours ÉCR, qui a publié plusieurs ouvrages pour...

Je doute de l'impartialité de cette étude dirigée par Solange Lefebvre, une des protagonistes du cours ÉCR, qui a publié plusieurs ouvrages pour ce cours. De toute façon, le problème n'est pas le parti-pris des enseignants dont je ne doute pas de la bonne foi et de l'impartialité (dans la grande majorité des cas). C'est le programme du cours lui même qui n'est pas neutre car il véhicule un à priori favorable aux religions, qui sont présentées sous leur meilleur jour, toujours comme source de générosité et de paix. C'est le respect absolu de toutes les pratiques religieuses, même les plus intégristes et les plus sexistes, qui est préconisé, sans discussion critique. Et un enseignement sans esprit critique relève plutôt de l'endoctrinement. Dans ce cours, les enfants sont encouragés à s'identifier en fonction de l'appartenance religieuse de leurs parents. C'est en ce sens que ce cours met de la pression sur les enfants et représente une atteinte à leur liberté de conscience. L'école n'a pas à former des identités religieuses mais plutôt à créer du commun et à promouvoir la liberté et l'esprit critique.

"En solidarité avec toutes les femmes musulmanes de par le monde qui se battent pour ne plus porter le voile

"En solidarité avec toutes les femmes musulmanes de par le monde qui se battent pour ne plus porter le voile.
Le voile n’est ni un simple tissu, ni une relation à Dieu. Il est l’instrument privilégié des islamistes pour la remise en cause des droits fondamentaux que sont l’égalité et la liberté pour les femmes. Il est le signe matériel de l’apartheid sexuel."
"Nous revendiquons l’application de la résolution 1464 du 4/10/2005 de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe pour les mineures : Article 7.4 « à veiller à ce que la liberté de religion et le respect de la culture et de la tradition ne soient pas acceptés comme des prétextes à la justification des violations des droits des femmes, y compris lorsque des filles mineures sont contraintes de se soumettre à des codes religieux (y compris à des codes vestimentaires), que leur liberté de circulation est entravée ou que l’accès à la contraception leur est interdit par la famille ou la communauté ».
Nous, françaises originaires de pays musulmans, refusons le projet politique et communautariste des islamistes.
Le voile, c’est la négation de la Liberté et de l’Égalité !"

À propos du défilé de la Saint-Jean, Couillard déclare «L'important c'est ce qui est perçu»

À propos du défilé de la Saint-Jean, Couillard déclare «L'important c'est ce qui est perçu». Finalement, je suis d'accord avec lui que ce qui est perçu c'est important.
Mais Couillard n’en est pas à une contradiction près ! N’est-il pas contre les recommandations minimales de Bouchard-Taylor consistant à interdire le port de signes religieux aux personnes en autorité, sous prétexte qu’il serait contre une «charte du linge»? Comment se fait-il que dans ce cas Couillard ignore toute la charge symbolique de l’uniforme religieux? Quelle perception se dégage, par exemple, de cette première juge canadienne portant le turban sikh ? Alors que l’uniforme du juge symbolise l’impartialité de la justice, le turban renvoie à une idéologie religieuse qui brouille ce message de neutralité de la justice. Le risque est de créer de la suspicion et de l’animosité envers le système judiciaire.
Et que dire de l’école qui devrait bénéficier de la totale confiance des parents qui y confient leurs enfants à longueur d’année? Comment se fait-il que Couillard ne s’inquiète pas de la perception de non-neutralité religieuse que peut engendrer la présence accrue, année après année, d’enseignantes et d’éducatrices portant le hidjab ? Indépendamment des raisons invoquées par les femmes qui le portent, les perceptions renvoyées par cet uniforme sont celles de l’idéologie islamiste qui utilise la femme comme instrument de propagande et d’occupation de l’espace politique, celle d’une société patriarcale qui désigne la femme comme source de tentation pour l'homme et seule responsable du devoir de pudeur.
Pour en revenir au défilé de la Saint-Jean, on ne peut nier l’effet que la vidéo de quelques secondes montrant des Noirs poussant un char a eu sur le public. Elle a été partagée un nombre innombrable de fois et a contribué à véhiculer une image désastreuse du Québec à l’étranger. Il est plus que probable que les personnes qui ont pris soin de ne filmer que cet instantané du défilé et de le diffuser largement savaient très bien l’effet que cela provoquerait et avaient l’intention de faire mousser l’idée d’un Québec raciste. De plus, il est évident que les organisateurs du défilé n’avaient aucun penchant raciste et n’y ont vu que du feu. Mais comment expliquer cette innocence de la part d'organisateurs d’un événement où le symbolisme joue un rôle central ? Comment n’ont-ils pas anticipé cette possibilité de récupération malveillante, à l’heure où le débat sur le racisme systémique bat son plein au Québec ?
La morale de l’histoire est l’importance de tenir compte du contexte social au-delà de sa propre personne. Dans le cas des signes religieux, considérer le problème sous le seul angle des libertés individuelles entraine des dérives sur le plan des libertés collectives, et des perceptions de favoritisme envers les religions. Dans le cas du défilé de la Saint-Jean, le climat de tension et de racialisation des rapports sociaux qui a cour au Québec depuis quelques temps aurait dû allumer des lumières.
D’ailleurs l’importance de ne pas s’arrêter à la dimension individuelle mais de mesurer les conséquences sur la collectivité s’applique à bien d’autres sujets. On se rappellera par exemple que Joël Legendre, qui a mis en scène le défilé, a fait parler de lui en 2014 pour son recours à une mère porteuse québécoise dont le traitement de fertilité a été remboursé par l'État. Je ne doute pas qu’il ait eu alors les meilleures intentions et qu'il soit un bon père, mais a-t-il pensé au précédent qu’il créait avec cette affaire et à l’enjeu de la marchandisation du corps de la femme ? J’en doute !
Finalement cette polémique du défilé de la Saint-Jean est très révélateur et permet de mettre pas mal de choses en lumière!

Un bon compte rendu de Robert Dutrisac

Un bon compte rendu de Robert Dutrisac.
"en s’adressant à cette prétendue communauté musulmane, Philippe Couillard fait le jeu des islamistes qui tentent justement de constituer au Québec une communauté qui pourrait soumettre à sa férule les musulmans. (...) Philippe Couillard est imprégné d’une vision communautariste de la société (...) il parle maintenant de « communautés religieuses », une expression qu’il a employée dans son appel de la semaine dernière.
Or, nombre de musulmans de toutes origines établis au Québec veulent avant tout être considérés, au même titre que tous les Québécois, comme des citoyens à part entière représentés par leurs élus politiques. Non pas par des imams ou encore des porte-parole autoproclamés aux penchants islamistes. Mais c’est peut-être une vision un peu trop laïque au goût de Philippe Couillard."

L'article de Noomane Raboudi dans Le Devoir!"Il y a toute une industrie qui produit l’idéologie islamiste et qui s’exprime dans les mosquées et...

L'article de Noomane Raboudi dans Le Devoir!
"Il y a toute une industrie qui produit l’idéologie islamiste et qui s’exprime dans les mosquées et les autres institutions de transmission de la culture islamique dont les salafistes djihadistes ont pris le contrôle partout dans le monde. Il revient à nous, les musulmans, de contester et de combattre cette idéologie qui se propage dans nos pays d’origine et dans nos diasporas en situation d’immigration, plutôt que de rester dans le déni et de jouer la carte de la victimisation. Il faut se sortir la tête du sable et affronter la réalité de notre monde moderne."

Noomane Raboudi répond aux représentants auto-proclamés de la "communauté musulmane" qui brandissent la carte de l'islam quand ça les arrange,...

Noomane Raboudi répond aux représentants auto-proclamés de la "communauté musulmane" qui brandissent la carte de l'islam quand ça les arrange, mais qui sont aux abonnés absents quand on leur parle de responsabilité face au terrorisme au nom de l'islam.
Ceci dit, je ne dirais pas que Couillard a raison. On se souviendra de son concept d'intégrisme, "choix personnel", qui a mené à une politique brossant ledit intégrisme dans le sens de poil. Alors la priorité serait plutôt de faire le bilan de cette politique centrée sur les libertés individuelles qui ignore l'intérêt collectif.
Deuxièmement, le rôle d'un gouvernement n'est pas d'attendre que les religions se réforment mais d'agir pour se protéger de l'intégrisme et du prosélytisme religieux. Et cela ne se fera pas sans une véritable laïcité au Québec, et en tout premier lieu à l'école. Le gouvernement devrait prendre sa responsabilité d'éducation au sérieux, et protéger nos enfants de toute pression et tout prosélytisme religieuse. Ce n'est pas en mettant plus de religion partout (ÉCR, accommodements religieux, enseignantes voilées, croix et turbans sikhs) qu'on va se protéger des dérives religieuses!
Finalement, Couillard devrait prendre acte de ce constat d'impuissance de la part de ses alliés imams, intervenants associatifs, directrices d'écoles islamiques. Ses interlocuteurs attitrés "représentants de la communauté musulmane" n'ont rien à lui offrir, ils ont juste des doléances. Il devrait retenir au moins cela notre premier ministre!

Excellent article et excellent commentaire de Micheline Carrier

Excellent article et excellent commentaire de Micheline Carrier. Cette histoire est vraiment symptomatique d'un néo-racisme qui s'installe au Québec sous une apparence d'anti-racisme. Alors que la plupart des Québécois ne regardent plus la couleur des gens, voilà maintenant qu'on les force à voir des races là où il n'y a que des citoyens.

"le premier ministre a déclaré qu'« on ne peut pas dissocier cet acte-là de la version pervertie de l’islam radical, que certains, dans cette...

"le premier ministre a déclaré qu'« on ne peut pas dissocier cet acte-là de la version pervertie de l’islam radical, que certains, dans cette communauté religieuse, font circuler »"
Pour une fois je suis d'accord avec lui!
Il a affirmé que "si la société d’accueil a une responsabilité d’inclusion, une responsabilité de sécurité et de prévention, la communauté musulmane a également la responsabilité de dénoncer la perversion de la religion, à savoir l’islam, que certains « utilisent pour commettre des actes inexcusables et impardonnables »".
Même si le terme "communauté musulmane" est très discutable, ces propos ont l'air de faire écho chez certains représentants auto-proclamés de cette "communauté" qui se sentent visés. Tant mieux!
Évidemment Radio Canada aurait pu choisir de faire entendre un autre son de cloche provenant de citoyens Québécois provenant de pays musulmans. Quelques exemples suivent dans les commentaires.

Bravo à Noomane Raboudi pour ce texte!"La liberté religieuse que nous offre la démocratie québécoise ne nous donne pas le droit d'afficher notre...

Bravo à Noomane Raboudi pour ce texte!
"La liberté religieuse que nous offre la démocratie québécoise ne nous donne pas le droit d'afficher notre foi dans l'espace public. Cet espace est un capital commun. Il appartient à tous les citoyens avec toutes leurs différences, de toutes les confessions et de toutes les origines. Il n'est pas acceptable qu'il soit teinté d'une religion ou d'une idéologie propre à une seule de ses composantes. C'est très injuste envers les autres concitoyens qui le partagent avec nous. Il est impératif qu'il soit et demeure neutre."
"Il est illogique de s'isoler par soi-même ensuite reprocher à sa société d'accueil de ne pas l'intégrer. Il faut absolument que nous adaptions nos pratiques religieuses à toutes ces nouvelles transformations. "

Le groupe "Anglophones for Québec Independence" (AQI) me fait l'honneur de traduire mon texte sur l'islamophobie en anglais!Merci à l'AQI, un...

Le groupe "Anglophones for Québec Independence" (AQI) me fait l'honneur de traduire mon texte sur l'islamophobie en anglais!
Merci à l'AQI, un groupe qui mérite d'être connu.
"AQI’s Action Plan includes the following point: to act as “a Truth Squad to demystify inaccurate stories about Quebec and to answer insulting attacks, including the tired accusation that Quebecers are racist or xenophobic”. As such, we have translated Professor Nadia El-Mabrouk’s essay “Le Québec n’est ni raciste ni islamophobe,” published in Le Devoir on 8 June 2017. Prof El-Mabrouk has stated that the original title of her article was “La face cachée de l’islamophobie,” so we have translated it as such in order to respect the author’s wishes."

Bravo à Diane Guilbault, Michèle Sirois et Pour les droits des femmes du Québec pour cette analyse de la loi C-16 qui a pour effet de remplacer la...

Bravo à Diane Guilbault, Michèle Sirois et Pour les droits des femmes du Québec pour cette analyse de la loi C-16 qui a pour effet de remplacer la notion de sexe par celle de genre, et de redéfinir la notion de femme.
"Beaucoup auront remarqué la montée phénoménale de la question des adultes et des enfants « transgenres ». Pensant à tort que ce sujet ne concernerait qu’une poignée de personnes, très peu cependant ont pris le temps de réfléchir à ce que signifie l’identité de genre ou l’expression du genre, les deux concepts que vient de consacrer le projet de loi C-16."